03/12/17

Soroya

Je suis revenue du salon Création et Savoir Faire et de La Grande Mercerie, avec un certain nombre de patrons… Ce n’est pas de ma faute si les nouvelles collections hiver des indépendants sont aussi réussies !

La grande question a inexorablement été : par quoi commencer ? Un choix difficile parmi mes deux finalistes : deux blouses raffinées et recherchées avec un style marqué, la blouse Soroya de Slow Sunday Paris ou la blouse Elisabeth de République du chiffon. Etant une indécise par nature, dans des cas aussi insolubles j’ai recours à un tirage au sort… Et Soroya a gagné !

Je n’ai fait aucune modification à part doubler les volants des épaules, Soroya est parfaite ! Ce n’est pas la blouse réalisable en deux heures chrono… Elle demande de la minutie pour tous les détails recherchés qui font son charme : des fronces autour d’une pointe, des poignets avec patte indéchirable  (ma bête noire en couture, j’ai dû m’y reprendre par trois fois… ). Mais un patron aussi précis accompagné d’un livret très clair permet de venir à bout de toutes ces jolies finitions en toute sérénité !

Pour elle, j’ai utilisé un des plus précieux tissus de ma réserve acheté  au cours d’une vente chez Gaëlle Barré. Cette très jolie marque de prêt-à-porter organise de temps en temps une vente de coupons, restes des collections antérieures, dans la boutique rue Keller à Paris. L’an passé, j’y ai déniché ce magnifique damassé, fin, précieux et pourtant d’une qualité incroyable compte tenu de mes mauvais traitements avec le découd-vite (j’ai décousu trois fois une patte indéchirable, vous vous souvenez…)

Le salon était vraiment une réussite cette année : des stands joliment décorés, plein de nouveautés, une ambiance festive…

Il gardera un goût particulier pour moi, alors que vendredi j’arpentais encore prudemment les allées avec Marie-Gabrielle toujours présente sur le stand d’Artesane, malgré la naissance imminente de sa fille. Dimanche, à la première heure, une adorable Axelle est née, et me voilà grand-mère ! Un choc (on réalise d’un coup que le temps passe) et une grande joie mêlés !

 

_DSC9098

 

_DSC9115

 

Soroya2

 

soroya4

 

soroya6

 

soroya7

 

_DSC9177

 

_DSC9127

 

_DSC9143

 

_DSC9206

 

_DSC9173

 

Posté par marielle et cie à 18:36 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , ,


23/08/17

Une blouse sans nom

Après les épaules dénudées des vacances, un petit vent de rentrée souffle sur l’annexe  avec cette blouse sans nom et sans identité. En effet, il s’agit d’un patron fait maison ou plutôt issu d’une adaptation d’un chemisier japonais réalisé au début du blog … On va assumer le lien vers ces vieilles photos du blog … des photos que je ne regarde jamais … Je ne sais pas trop pourquoi mais je n’en ai vraiment pas envie! Je n’ai jamais trop aimé les retours vers le passé.

Les premières images des nouvelles collections automne m’ont donné envie d’une blouse à col froufroutant (toujours tendance dans les vitrines), sans pied de col, boutonnée dans le dos, froncée, avec empiècements devant et dos. Une envie bien  précise ! J’ai bien pensé à la très jolie Dahlia de Dessine-moi un patron déjà réalisée à l’annexe et beaucoup portée. Mais en fouinant dans mes livres japonais je me suis dit que ce chemisier offrait l’avantage de comporter déjà les empiècements devant et dos. Il suffisait de déplacer la patte de boutonnage vers le dos, et de transformer l’encolure V en encolure arrondie pour adapter un volant.

Le tissu est un énorme coup de cœur (partagé avec la personne qui m’accompagnait !) chez Dreyfus au marché Saint Pierre. C’est un coton damassé de petits motifs triangulaires, un peu froissé comme le crépon, déniché au rez-de-chaussée du magasin sur l’étal des plumetis contre les fenêtres. Il existe en bleu, écru, ocre, aubergine. En revanche, ce tissu est extrêmement fluide et mou : une horreur pour couper les pièces car il se déforme facilement, et le thermocollage de la patte de boutonnage est obligatoire ! Il faudrait peut-être l’amidonner.

Allez, on revient dans le présent avec des photos actuelles :

ocre1

 

ocre2

 

ocre3

 

ocre5

 

ocre6

 

ocre7

 

ocre8

 

ocre9

 

ocre12

Enregistrer

Enregistrer

Posté par marielle et cie à 16:41 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,

09/05/17

Des petits volants, juste ce qu'il faut

Une blouse de mi-saison, avec des petits volants, juste ce qu'il faut, pour un mois de mai pas vraiment printanier : la blouse Colette de Delphine et Morissette. Je l’ai réalisée dans un crépon vichy acheté lors de la vente de tissus et mercerie organisée récemment à Paris par la très jolie marque Vanina Escoubet. Une marque que je trouve très inspirante pour une couturière ! Allez jeter un œil par ici … Les tissus, restes des collections antérieures, étaient magnifiques, de belle qualité, et à un prix beaucoup plus que doux (entre 5 et 10 euros le mètre !). J'ai rapporté à la maison quelques pépites dans mon sac un peu lourd…

J’ai choisi le patron Colette, sans raison particulière, car j’aime tous les modèles chez Delphine et Morissette ! Je l’ai taillée en 38 (au lieu du 36 habituel) car je trouvais l’empiècement dos un peu étroit sur le papier. Finalement un 36 aurait peut-être suffi, mais l’ampleur de la blouse dans ce crépon fin n'est pas pour me déplaire ! J’ai rehaussé le motif vichy avec un passepoil moutarde. J’ai dû découdre et recouper l'empiècement dos car j'avais complètement raté le raccord des carreaux. En effet la blouse n’est pas froncée dans le dos comme sur le devant des épaules, mais il y a un pli creux , aussi le raccord est préférable. Je ne conseillerais pas cette blouse à un débutant (malgré le pas à pas en photos extrêmement précis sur le site de Delphine et Morissette) car elle comporte quand même quelques difficultés et demande un peu de temps et de minutie : poignets avec patte indéchirable, encolure en V avec biais…

Allez quelques photos de la blouse pour se donner une illusion de printemps, et je retourne enfiler un pantalon sombre, des chaussures fermées et un pull !

col1

 

col2

 

col3

 

col4

 

col5

 

col6

 

col7

 

col8

 

col9

 

col10

 

col11

 

col12

Posté par marielle et cie à 14:23 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17/04/17

Coudre et en découdre avec Scarlett

Encore un coup de cœur à la sortie d’un nouveau patron : la blouse Scarlett d’une toute jeune marque de patrons Le laboratoire familial. Cette première expérience avec la marque a été un peu compliquée. J’ai passé beaucoup de temps sur cette blouse qui a nécessité l’élaboration de deux toiles avant d’arriver à un résultat qui me convienne. Pour celles qui sont intéressées, j’explique mes modifications après les photos.

Le tissu est un mélange coton-lin France Duval-Stalla avec de très fines rayures irrégulières bleu ciel. Un tissu tout frais et délicat, parfait pour le style de la blouse, et très agréable à coudre et à porter !

sca1

 

sca2

 

sca3

 

sca4

 

sca5

 

sca6

 

sca7

 

sca8

 

sca9

 

sca10

 

sca11

 

sca12

 

sca13 

Mes modifications :

J’ai d’abord réalisé une toile en 36, dans laquelle je me sentais étriquée au niveau du dos. J’ai cru un instant que j’avais interverti les devants et dos des manches malgré les crans. En vérifiant, je me suis rendue compte que les manches sont symétriques (ce qui m’a un peu échaudée…) et les crans inutiles.

De plus l’encolure de ma toile était asymétrique, ce qui était loin d’être esthétique ! En fait, je n’avais pas complètement retourné le haut de la patte de boutonnage : elle est tellement étroite que je l’avais tronquée. En effet, le haut de la patte mesure 3 cm de large : si on retire le centimètre des coutures de chaque côté, il reste 1 cm de patte de boutonnage dans laquelle on doit broder une boutonnière  (dans six épaisseurs de tissu), autant dire dans des conditions extrêmes pour moi ! J’ai donc modifié le patron en élargissant le haut de la patte pour l’amener à 5 cm  puis j’ai rattrapé progressivement le patron original :

_DSC4291

Il faut bien penser à faire de même sur l’enforme. A ce propos, comme je trouvais les enformes un peu trop étroites, j’ai ajouté 1 cm sur le côté libre non cousu.

J’ai réalisé une deuxième toile en 38 avec ces modifications. Les problèmes de la symétrie de l’encolure et de la patte de boutonnage étaient réglés, mais je trouvais la blouse trop ample au niveau de la poitrine et du tronc avec des excès de tissu disgracieux. Les classiques pinces poitrine sont remplacées par un embu sur les devants que j’ai eu du mal à résorber (devants plus longs que les dos).  Aussi dans ma version finale du patron j’ai supprimé l’embu en réalisant des devants et dos de même longueur, et j’ai légèrement réduit la largeur des devants en éliminant le galbe.

Enfin, si vous utilisez un tissu avec endroit et envers différents (c’était le cas pour mes toiles), faites attention : il faut tailler les devants sur l’endroit et les enformes sur l’envers sinon vous aurez un problème de sens de tissu au moment d’assembler l’enforme à la blouse. Je vous conseille de réfléchir avant de couper le tissu car les devants ne sont pas symétriques.

Le patron est prévu pour une stature de 1,65 m. J’ai ajouté 2cm partout, je le fais toujours car je mesure 1,70 m.

J’ai cherché des réponses sur les photos du site (notamment la largeur de la patte de boutonnage) mais hélas on ne voit pas grand-chose ! Les détails ne sont pas visibles. Il y a une vidéo pour expliquer les étapes de montage mais elle n’aborde pas les points qui m’ont posé des problèmes.

Je crois que c’est la première fois que je fais autant de modifications sur un patron somme toute assez simple : j’ai une morphologie assez facile pour une couturière car habituellement je suis sur une seule taille des tableaux de mensuration. Cette fois, fort heureusement, mon sixième sens m’a conseillé de faire une toile !

Posté par marielle et cie à 14:57 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12/02/17

Flamenco et plumetis

Je ne compte plus mes coups de cœur chez Delphine et Morissette mais hélas il faut faire des choix ! Et mon choix s’est porté sur la blouse Flamenco, certainement en raison du volant toujours dans l’air du temps … Pour accentuer encore la fraîcheur et la légèreté du modèle, j’ai choisi un plumetis très vaporeux brodé de carreaux déniché chez Dreyfus à Montmartre. Contre toute attente, il n’est pas transparent et se coud très bien. Aussi, je suis retournée en acheter 2 m de plus ( il n’en restait quasiment plus …) En découpant la blouse dans ma taille habituelle, j’avoue avoir eu peur car le corps me semblait très étroit, et je craignais de ne pas rentrer dedans.  Je pense que cette impression est due à l’ampleur des manches au niveau de l’emmanchure car finalement la blouse taille très bien. Ce modèle peut être envisagé par un débutant, il suffit d’avoir un peu de patience pour répartir correctement les fronces et le résultat est gratifiant !

fla1

 

fla2

 

fla3

 

fla4

 

fla5

 

fla6

 

fla7

 

fla8

 

fla9

 

fla10

 

fla12

Posté par marielle et cie à 18:11 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06/07/16

Couture expérimentale...

A l’annexe, c’est la semaine productive de l’année ! Il faut dire que tous les facteurs sont réunis pour une boulimie de couture :

- je suis en vacances

- Monsieur est en déplacement

- je n’aime pas le foot

- le temps est pourri

Que faire si ce n’est passer des heures en tête à tête avec ma machine à coudre ?

J’avais envie de coudre une robe ou une blouse avec une touche folklorique, très tendance en ce moment. J’ai bien pensé à une version de la blouse Areli (République du chiffon), mais avec quelques doutes cependant : une blouse sans manche pour un été qui s’annonce des plus courts...! J’aime bien faire la rabat-joie parfois…

Le déclic s’est produit en découvrant la très jolie Clover Dress chez Un chas. J’ai dans ma réserve quelques chutes de tissu Malhia Kent (achetées 1 ou 2 euros pièce, à bon entendeur…) que j’ai beaucoup contemplées tant ces tissés sont magnifiques, mais sans trop savoir qu’en faire. Agrémentées d'un galon, elles seraient parfaites pour un empiècement esprit folk. Pour la forme de la blouse, autant la dessiner moi-même. J’ai repris ma base polyvalente de haut et j’ai découpé le devant en un puzzle de quatre pièces : l’empiècement, ses deux côtés avec pince, et le bas avec une découpe arrondie sous la poitrine et légèrement froncé juste sous le plastron. Ensuite, l’étape de la toile m’a permis de valider les proportions. Pour la version finale, j’ai utilisé un crépon orange déniché l’an passé chez Sacrés Coupons, et un galon de la mercerie Saint-Pierre. J’ai préféré thermocoller l’empiècement pour protéger le tissage sur l’envers du tissu Malhia Kent. Les manches sont trois-quarts, cela va sans dire ! La découpe arrondie vers le bas, pas très visible sur les photos, se voit cependant mieux sur les profils. Et pour une fois, malgré mes réticences, je regarde l'objectif.

kent20 - Copie

 

folk10 - Copie

 

folk8 - Copie

 

folk11 - Copie

 

folk2 - Copie

 

folk6 - Copie

 

folk3 - Copie

 

folk4 - Copie

 

folk5 - Copie

 

folk7 - Copie

 

folk14

Posté par marielle et cie à 13:28 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : , , , ,