Je suis une véritable girouette ! Je m’apprêtais à coudre la robe Alysse. Puis en faisant mes courses au marché, j’ai déniché chez Gérard une très belle viscose fluide et nerveuse, qu’on pourrait presque prendre pour de la soie ! Et là, dans ce tissu idéal, j’ai aussitôt imaginé Marjolaine et sa double collerette taillée dans le biais. Il faut dire que la très jolie version de Julie (Jolies Bobines) était encore présente dans mon esprit.

En rentrant j’ai rangé mon patron d’Alysse (je le ressortirai plus tard) et j’ai appelé Marie-Gabrielle afin qu’elle me prête son patron de Marjolaine. Une urgence lui ai-je dit ! Cela m’arrive assez souvent en fait d’avoir des priorités imprévisibles en couture alors que je suis de nature plutôt stable.

Marjolaine est un plaisir à coudre et taille parfaitement (un 36 pour du 36). J’ai juste allongé le buste de 2 cm (les lignes d’allongement sont indiquées sur la planche), mais pas la jupe dont la longueur me paraissait à juste titre suffisante. J'ai placé les élastiques du poignet plus bas que l'emplacement prévu. Et j'ai supprimé les poches que de toute façon je n'aurais pas utilisées.

 Modèle : robe Marjolaine Slow Sunday Paris

Tissu de la marque Anne Fontaine, marché d’Antony, le jeudi et le dimanche matin

M1

 

M2

 

M3

 

M5

 

M6

 

M7

 

M8

 

M4

 

M9

 

M10

 

M11

 

M12